mardi 13 novembre 2018

La résistance au feu des matériaux de construction

Bonjour les amis,

Dans un article précédent, j’avais abordé les principes généraux du comportement au feu des matériaux de construction en insistant sur deux points particuliers, d’une part la résistance au feu et d’autre part la réaction au feu de ces matériaux.

Pour aller un peu plus loin dans mon propos, je vais vous parler aujourd’hui des caractéristiques de  la résistance au feu des éléments de construction, avant d'aborder ultérieurement la réaction au feu...

Pour le moment, deux réglementations ont tendance à se télescoper.

Jusqu’au début des années 1990, le comportement au feu des éléments de construction était assujetti aux dispositions de la réglementation française.

Mais l’Europe, à travers une directive à modifié considérablement cette réglementation en introduisant le système dit des « euro classes ».

Néanmoins,  pour bien comprendre la philosophie des « euro classes », il me semble important de revenir un petit peu sur l’ancienne réglementation française, car les termes utilisés de cette réglementation sont toujours très présents dans le langage courant des spécialistes.

Evidemment, je traiterai prochainement les « euro classes » dans le détail.



Qu'est-ce que la résistance au feu ?


La résistance au feu caractérise la capacité d'un élément de construction à résister dans le temps à l'action d'un incendie auquel il est soumis.

Elle se définit par rapport à des critères de performance et s'exprime par un classement prenant en compte les qualités thermiques associées à une notion de temps.


TROIS CRITÈRES SONT A PRENDRE EN COMPTE


STABILITÉ AU FEU (SF)PARE FLAMMES (PF)COUPE FEU (CF)
1 - Résistance mécanique à la chaleur1 - Résistance mécanique à la chaleur1 - Résistance mécanique à la chaleur

2 - Etanchéité aux flammes et aux gaz chauds2 - Etanchéité aux flammes et aux gaz chauds

3 - Absence d'émission de gaz inflammables3 - Absence d'émission de gaz inflammables


4 - Isolation thermique

Ces trois critères s'expriment selon l'échelle de temps suivante :
  • ¼ d'heure
  • ½ heure
  • 1 heure
  • 1 h 30
  • 2 heures
  • 3 heures
  • 6 heures


A titre d'exemple, un poteau en chêne supportant une charge de 10 tonnes est stable au feu de degré ½ heure.

Si ce poteau est recouvert d'une couche de 1 cm de plâtre, il devient stable au feu de degré 1 heure.

Un mur en parpaing de 10 cm d'épaisseur est pare-flammes de degré 4 heures et coupe-feu de degré 2 heures.

Les critères de résistance au feu s'appliquent aux matériaux entrant dans la construction (poteaux, portes, faux-plafonds, charpentes, parois...), c’est à dire essentiellement les matériaux de gros œuvre.

La preuve du classement



L'utilisation des matériaux de construction est particulièrement réglementée dans les Etablissements Recevant du Public ou les Immeubles de Grande Hauteur.

A l'instar des critères de réaction au feu, les constructeurs et les installateurs sont tenus d'apporter la preuve du classement du matériau utilisé en présentant un procès-verbal d'essai.


ATTENTION,
Je le répète encore une fois, les critères de résistance au feu définis ci-dessus sont progressivement remplacés par le classement européen dit des « euro classes » issu d'une directive européenne et retranscrit en droit français par l'arrêté ministériel du 22 mars 2004 modifié.

Les textes officiels traitant de la sécurité contre l’incendie et notamment du comportement au feu des matériaux de construction intègrent en grande partie le nouveau système des « euro classes » issu d’une directive européenne.

Il semble important de rappeler également que la notion de résistance au feu des matériaux de construction a fait l'objet de nombreuses études tant en France qu'à l'étranger.

Comme dans bien des cas, la réglementation évolue malheureusement en fonction d’événements dramatiques.

En l’occurrence, je me bornerai à rappeler les circonstances tragiques mettant en cause la stabilité au feu des éléments porteurs d'un Etablissement Recevant du Public qui sont sont restées dans toutes les mémoires.

Il s'agit du Collège Edouard Pailleron situé dans le XIXème arrondissement de Paris.

Cet établissement construit à partir d'éléments de structures métalliques n'a pas résisté plus de 15 minutes sous l'action d'un incendie d'origine criminelle.

Le bilan est très lourd, puisque 20 personnes dont 16 enfants ont trouvé la mort.

L'absence de stabilité au feu des éléments porteurs conjuguée à la présence de matériaux de cloisonnement à base de plaques de polystyrène ont largement contribué à la la progression rapide de l'incendie et à un fort développement fumigène.

C'est à la suite de cet incendie que les règles de construction des bâtiments scolaires ont été modifiées à partir de 1973 tant dans la façon de construire que dans la mise en place de mesures de sécurité drastiques.

Voilà, vous savez tout ou presque tout sur ces critères de résistance au feu tels qu’ils étaient appliqués en France jusqu’à une époque récente.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire